Présentation de la 3eme corrida de San Isidro avec l'interview de Domingo Hernandez

Publié le par JA

Ce Vendredi, Sébastien Castella participera à la troisème corrida de la Féria de San Isidro de Madrid.
Trés attendu aprés ses triomphes de l'an dernier, les torero Biterrois sortira "a por todas", c'est à dire pour ce jouer la vie. Ce n'est plus un scoop, Sébastien veut devenir torero "de Madrid". De ce fait, on peut comprendre avec quelles envies il affronte les trois rendez vous San Isidril.

La première corrida à laquelle il participe sera celle de Domingo Hernandez, une ganaderia de Renom qui vient de gracier un de ses toros à Alba de Tormes, et a présenté un bon lot en Arles.
Devant ces toros, il triompha en coupant trois oreilles, alors que El Juli et Miguel Angel Perera sortaient à pied.

Nous nous sommes entretennus avec le ganadero juste aprés le triomphe Arlésien. Voici les propos que nous avons eu avec ce grand éleveur, passionnant et trés attachant qu'est Domingo Hernandez.

JA - En début d'année, votre ganaderia a vécu un grand triomphe à Alba de Tormes.
DH - A Alba de Tormes, les six toros ont servi, un toro a été indulté et un auter a été primé avec la vuelta al Ruedo. Le toro a été trés bien, et le torero, El Capea sensationnel. Face à son second toro, un toro "bravo de verdad" le torero a été trés bien une fois de plus.

JA - Morphologiquement, le toro que vous recherchez est trés harmonieux. Plus précisément, quel est le type de toros que vous recherchez que ce soit au niveau du comportement ou de la morphologie.
DH - Il y a quelque chose qui est certain chez nous. Le toro est sélectionné seul. On l'habitude de ne pas garder les toros grands, imposants. Lors de tientas, nous ne regardons pas la bête qu'au cheval, mais aussi et surtout à la muleta. De ce fait, le toro grand, imposant, sort seul du cheval et de la muleta, donne des coups de tête, et n'humilie pas. Donc, en général, je n'en garde aucun dans ce type. Nous Gardons toujours les toros bas, bien faits.

JA - Lors de la corrida présentée en Arles, les toros étaient trés bien faits morphologiquement, et on pensait qu'ils pourraient servir pour triompher.
DH - Oui, il y a trois toros et demi qui ont servi, Les deux toros de Castella et le premier du Juli, qui a été un toro trés brave au cheval, qui a poussé et avec force. Ensuite, il n'humilia pas énormément à la muleta, et a posé des difficultés au torero, mais il a "cumplido". Les deux toros de Perera ne m'ont pas plu du tout. Le second du Juli est sorti difficile, manso, cobarde et Burriciego. Nous devrons chercher les mères, et nous allons trés certainement les éliminer.
Ceux de Castella m'ont beaucoup plu, en particulier le second qui a eu un trés bon fond, mais qui a manqué un peu de force. Le toro a été un peu refroidi, atténué à cause u voyage et du climat que nous avons eu en espagne, mais il a eu un trés grand fond. Le toro ne pouvait pas être meilleur pour le torero (rires..)

JA - La ganaderia de Domingo Hernandez est situé dans la zonne de Salamanque. Comme nous le savons, la maladie de la Langue Bleue pourrait montait au nord. Que pensez vous à propos de cette maladie et de son évolution ?
DH - Tout d'abord nous espérons quelle ne montera pas (rires...). Cette maladie n'est rien du tout. Les animaux ne sont même pas malades. Je pense que c'est plutot un problème au niveau Politique, vétérinaire, et de la communauté européenne. C'est une histoire qui est plus mauvaise pour les oreilles que pour les animaux. Elle fait beaucoup de bruit, mais n'a aucun interet.

JA - Vous gérez les ganaderias  de Domingo Hernandez et de Garcigrande. Comment mennez vous les deux ?
DH - JE gêre les deux élevages séparément, mais il est vrai que quelques fois je croise certains Sementales d'une à l'autre. J'ai l'habitude de faire passer les sementales de Juan Pedro Domecq sur l'élevage de Garcigrande et en ce moment je suis en train de tester 3 ou 4 toros indultés.

JA - Pourquoi avez vous choisi la rame Domecq ou plutot l'encaste Domecq ?
DH -  Aprés avoiri acheté à Amelia et ensuite à Domingo Ortega, si je n'avais pas choisi les toros d'origine domecq je crois que la ganaderia ne serait pas où elle en est en ce moment.
Elle ne fait que progresser, et aller à mas. Mais il faut savoir qu'être ganadero ce n'est pas seulement avoir une bonne base. IL faut etre au campo tous les jours, chercher les solutions aux problèmes, chercher les trois mères par exemple des trois toros de Arles qui ne m'ont pas plu et le enlever du lot.
Lors que les toros tombent, et bien il faut chercher pourquoi ils tombent .... C'est véritablement, un gros travail.

JA - L'alimentation et la préparation des toros influent sur le comportement en piste non ?
DH - JE crois que toutes les conditions influent sur le comportement des toros. Un petit écart au niveau des graisses peuvent entraîner de gros problèmes. Le manque de fibres peut être aussi gênant.

JA - Dans votre élevage, quelle préparation proposez vous à vos toros ?
DH - J'ai été l'un des inventeurs de faire courrirs les toros. Un toro qui reste couché toute la journée au campo ne peut pas suivre l'effort qu'on lui demande en piste. Actuellement on torée beaucoup plus qu'avant. Avant avec une série à droite et une à gauche, on pouvait couper une oreille. Maintenant, il faut six séries à droite et six séries à gauche pour en couper une.  Il faut donc que les toros répondent à cette demande.

JA - Avez vous un torero privilégié lors des tientas ?
DH - Le torero qui vient le plus chez nous c'est Finito de Cordoba. C'est un grand ami à moi et donc il vient souvent. Mais beaucoup d'autres toreros viennent, comme Juan Bautista par exemple, ou eduardo Gallo.

JA - Et combien de corridas composent la camada de la temporada 2006 ?
DH - Nous avons 10 ou 12 corridas. L'année prochaine nous aurons environ 20 corridas de toros. C'est une année basse, où il y a eu peu de naissances. Nous lidierons à Arles, MAdrid, Tolede , BArcelonne.

JA - A propos de Madrid, comment ce passe la contratacion d'un élevage et comment vivez vous les reconocimientos rigoureux de LAs Ventas ?
DH - Lors que l'empresa ne vient  pas nous voir, les toreros demandent à combattre nos élevages car ce sont des élevages de garantie. De plus, les toros de cette année sont trés bien faits, et donc on peut penser qu'ils laissent des opportunités aux toreros de Triompher.
Il est vrai aussi que lorsque on pegue un Petardo, et bien aprés on s'en remet, et puis on revient, donc ...

A propos de notre corrida de cette année. Les toros de Madrid sont harmonieux, pas trop grand. Comme je vous l'ai dit nous n'aimons pas les toros imposants. Certes, on a lidié un trés bon toro, Salvaje, qui était le plus grand de la camada, et il a permit à Puerto de triompher à Madrid, mais c'est assez rare qu'ils sortent bons.

Enfin, au sujet du reconocimiento, je le vie assez mal car en espagne, les vétérinaires veulent prendre une place  prépondérente, ils veulent être protagonistes, et cela nuit à la fiesta. Ici en France, on ne refuse pas de toros, car c'est la commition taurine qui s'en occupe. Quand on change les toros, on change la corrida ... donc je ne pense pas que ce soit bon le public, le torero et le ganadero.

Voici donc les propos que nous avons recueilli de Domingo Hernandez. Dans quelques temps nous publierons la suite de l'interview.
A propos de reconnocimiento et des toros de Domingo Hernandez, 5 des 8 toros proposés à MAdrid ont été acceptés. de ce fait l'éleveur a du rammener trois toros supplémentaires.

Publié dans actualite-taurines

Commenter cet article